La fronde des anti-éoliens prend de l’ampleur en Creuse : 300 manifestants devant la mairie de Guéret – France 3 – 11/10/2020

La fronde des anti-éoliens prend de l’ampleur en Creuse. Près de 300 personnes se sont rassemblées à Guéret pour manifester samedi 10 octobre 2020. Selon le collectif qui fédère les associations, 200 éoliennes devraient sortir de terre dans ce département d’ici 2030.

Le reportage sur France 3

FRAZÉ – Les enjeux de l’éolien en débat, avec Laure de La Raudière et Julien Aubert

L’énergie éolienne en question lundi 28 septembre à Frazé.

La députée Laure de La Raudière et la maire de Frazé, Brigitte Piste invitent à une réunion publique autour des enjeux de l’éolien.

Le village du Perche est actuellement cerné par les projets d’éoliennes. Deux parcs doivent voir le jour à Montigny-le-Chartif et aux Autels-Villevillon.
Pour en débattre mais surtout prévenir des « méfaits de l’éolien » les deux élues ont invité Julien Aubert, Député du Vaucluse et Président de la commission d’enquête sur l’impact économique, industriel et environnementale de énergies renouvelables à l’Assemblée Nationale.

La vidéo du débat

Écoutez Laure de La Raudière interrogée par Christophe Blondel.

L’exemple Allemand
Changer la loi face aux méthodes des promoteurs éoliens
Un meilleur encadrement par les pouvoirs publics

Panorama de l’électricité renouvelable au premier semestre 2020 – Présentation orientée, partielle et partiale = Désinformation !

Un « Panorama de l’électricité renouvelable au 30 Juin 2020 » a été élaboré par le Syndicat des énergies renouvelables (SER), l’Agence ORE (Opérateurs de Réseaux d’Energie), l’Association des distributeurs d’électricité en France (ADEeF), Enedis et RTE.

Sur la forme, ces données sont présentées de façon désordonnée, les textes sont mal rédigés et encombrés de photos inutiles, ce qui rend leur lecture difficile.  Il faut pour (tenter de) les comprendre, les croiser avec d’autres sources.

Outre RTE et son « Panorama EnR 2020 » en question , nous avons retenu :

–  « Données et études statistiques pour le changement climatique, l’énergie, l’environnement, le logement, et les transports »
https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/lelectricite

–  Autorité de sureté nucléaire (ASN) « Suivi des réacteurs nucléaires à l’arrêt » https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Arret-de-reacteurs-de-centrales-nucleaires

Sur le fond, cette publication est  exclusivement centrée sur l’électricité « renouvelable » ; la mise en perspective de ces chiffres avec l’ensemble de la production d’électricité est quasi impossible faute d’éléments fiables relatifs à la production d’électricité d’origine nucléaire et fossile pour ce premier semestre.

Les auteurs de ce rapport  se félicitent de façon ostentatoire des résultats qu’ils présentent : en date du 26 mai 2020, Enedis claironne sans vergogne sur son site Internet : « Au premier trimestre 2020, un quart de la consommation électrique de France métropolitaine a été couverte par les EnR »

Il en ressort plus précisément que, au cours de ce premier semestre, la consommation d’électricité renouvelable représentait certes plus de 33% du total de l’électricité consommée.

Cependant ce pourcentage devrait être nuancé et/ou assorti des réserves appropriées.

D’abord  en précisant que ces 33% incluent les 19% de la part du secteur Hydroélectrique (dont les barrages ont été mis en service entre 1919 et 1994…)

La part des EnR telles que le grand public les a en tête (éolien et solaire en particulier) s’en trouve donc ramenée à seulement 14 %, même si la capacité installée a effectivement été augmentée au cours de ce semestre (moins que prévu toutefois du fait de la crise sanitaire).

Ensuite en considérant que, sur cette période, la production nucléaire a été fortement diminuée par la mise à l’arrêt de plus de 20 réacteurs (arrêts de tranches pour rechargement de combustibles, visites partielles pour maintenance préventive et visites décennales compliquées par les effets de la crise sanitaire).

Dans ce contexte, EDF a annoncé le 16 avril une diminution très importante de son estimation de production nucléaire pour l’année 2020 (environ 300 TWh contre une cible de 375 à 390 TWh avant la crise Covid, ainsi que pour 2021 et 2022. Cette estimation a été revue à la hausse en juillet à environ 315-325 TWh.

Enfin en intégrant la forte baisse de la consommation électrique du fait de la crise sanitaire. 

La présentation de ces résultats, qui se veulent glorieux, est donc orientée, partielle et partiale : la part des EnR a augmenté principalement parce que celle du nucléaire a diminué.

Désinformation !

Soirée « Éoliennes : le casse du siècle » @ Cercle Interalliée

En janvier dernier, à l’occasion d’une table ronde, le président Emmanuel Macron déclarait que « la capacité à développer massivement l’éolien était réduite » et que « de plus en plus de gens ne veulent plus voir d’éolien près de chez eux, considèrent que leur paysage est dégradé ».

En même temps, cet éclair de lucidité n’aura duré que le temps d’un bref discours. En plein confinement, par un décret en date du 21 avril 2020, la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) a été adoptée en catimini. Elle prévoit de passer des 8.000 éoliennes actuellement implantées en France à 18.000.

Accompagnés par des membres du collectif Énergie et Vérité, groupe réunissant plusieurs dizaines d’experts et de personnalités, nous avons convenu de la nécessité de divulguer les dessous de ce que beaucoup n’hésitent pas à qualifier de « casse du siècle ».

https://www.documentaire-et-verite.com/projet/eoliennes-casse-du-siecle/

Iles d’Yeu et de Noirmoutier : Avis de saccage

Pour les amoureux des l’Iles d’Yeu et de Noirmoutier voici un document qui ne laisse aucun doute sur le saccage de ces joyaux par le projet de parc éolien, qui prévoit l’installation de 62 éoliennes d’une puissance unitaire de 8 MW.

https://iles-yeu-noirmoutier.eoliennes-mer.fr/photomontages/carte.html

Vous pouvez cliquer sur les points rouges pour visualiser chaque photo selon les points de vue sur la carte.

Saint-Maurice-des-Noues. Vent des Noues : les opposants aux éoliennes réunis – Ouest France 24/09/2020

L’association Vent des Noues a réuni ses adhérents, vendredi, pour son assemblée générale annuelle. L’association a été créée en avril 2019 à l’initiative de quelques habitants de Saint-Maurice-des Noues et d’Antigny qui s’opposaient à l’installation d’éoliennes au sein dans leurs villages.

La présidente, Stéphanie Platteau, a redit les motivations : « Notre mission a plusieurs axes : nous voulons écouter et fédérer les habitants, informer le grand public sur le sujet éolien avec réunions, conférences, site internet. Nous souhaitons œuvrer auprès des décideurs et des élus pour les sensibiliser à la réalité du terrain et à l’acceptabilité de ces zones de production électrique. Le Sud-Vendée est saturé par de nombreuses machines et a largement contribué au développement du mix énergétique. À présent, nous devons défendre l’identité de notre territoire, ses paysages naturels, son patrimoine, son ciel étoilé et son tourisme vert. Nous pouvons travailler tous ensemble, pour une transition respectueuse de tous et en concertation. »

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/saint-maurice-des-noues-85120/saint-maurice-des-noues-vent-des-noues-les-opposants-aux-eoliennes-reunis-6984992

En France, les centrales à charbon ont déjà repris du service – Ouest France 18/09/2020

Sur 56 réacteurs nucléaires, 24 sont actuellement à l’arrêt, assurent nos confrères des Échos. Conséquence : EDF s’appuie sur d’autres ressources comme les quatre centrales à charbon encore en activité dans le pays, d’ordinaire plutôt sollicitées en hiver.

En France, les centrales à charbon sont d’ordinaire plutôt sollicitées au cœur de l’hiver quand les centrales nucléaires peinent à fournir l’électricité nécessaire pour répondre à une forte demande. Mais selon nos confrères du journal Les Échos, qui citent des chiffres du gestionnaire RTE, « la France a allumé ses centrales à charbon ces dernières semaines ». Hier, jeudi 17 septembre, 2 % du mix électrique national provenait ainsi de ces centrales à charbon, note le quotidien économique. « À Cordemais, la centrale a ainsi été sollicitée deux semaines au cours du mois de juillet, et une semaine début septembre », confirme Presse Océan.

Mais alors pourquoi faire appel au charbon alors que les températures sont encore estivales ? Selon Les Échos, « sur 56 réacteurs nucléaires français, 24 sont actuellement à l’arrêt ». Une situation qui s’explique par différentes raisons, notamment du retard pris dans les travaux de maintenance liés à des problèmes techniques ou en raison de la crise sanitaire.

Autre paramètre : un anticyclone traverse actuellement l’Europe et « entraîne des vents très faibles », a précisé RTE aux Échos, réduisant ainsi la possibilité d’avoir recours à l’énergie éolienne.

Centrales nucléaires à l’arrêt + anticyclone (absence de vent) = centrale à charbon (CO2). On dirait que la politique énergétique française est à revoir…

https://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/edf/en-france-les-centrales-a-charbon-ont-deja-repris-du-service-6979689