Elisabeth Borne dénonce « le développement anarchique » des éoliennes

Le gouvernement français prononce à nouveau des mots durs pour la filière éolienne. Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a dénoncé le 18 février “le développement anarchique” des parcs éoliens sur le territoire français.

Les termes sont choisis, mais l’inflexion est réelle. Invitée de la commission des affaires économiques du Sénat, mardi 18 février, la ministre de la transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, s’est livrée à une charge sévère contre « le développement anarchique » de l’éolien, en répondant à la sénatrice UDI de Côte-d’Or, Anne-Catherine Loisier.

« C’est vraiment un énorme sujet, je l’ai dit aux acteurs de la filière », a expliqué la ministre, en citant plusieurs exemples : « Il y a des emplacements de parcs éoliens en covisibilité avec des monuments historiques. Je ne comprends même pas comment on a pu arriver à ces situations. On a des territoires dans lesquels on a une dispersion de petits parcs de taille et de forme variable qui donnent une saturation visuelle, voire une situation d’encerclement autour de certains bourgs qui est absolument insupportable. »

La critique a de quoi surprendre, alors que le gouvernement a jusqu’ici plutôt défendu la filière éolienne. Elisabeth Borne était invitée au Sénat pour défendre la programmation pluriannuelle de l’énergie. Ce texte, actuellement en consultation publique sur le site du ministère, fixe les orientations de politique énergétique de la France pour les dix prochaines années. Or, au cœur de cette stratégie se trouve justement un développement massif de l’éolien terrestre, qui, au cours de la période, doit tripler en matière de puissance installée.


Réponse d’Yves Auvinet, Président du département, au courrier de l’association du 1er novembre.

Le 1er novembre 2019, l’association Vent des Noues à adresser à Yves Auvinet, Président de notre département, un courrier l’informant de notre inquiétude grandissante concernant l’avenir du Pays de La Châtaigneraie, menacé par des projets éoliens qui prennent chaque jour une ampleur plus inquiétante.

Nous avons reçu la réponse de Mr Auvinet.

“Le Département appelle à un développement raisonné et raisonnable de l’éolien terrestre…
Il a déjà contribué largement à l’implantation d’éoliennes sur son territoire.
Le Département souhaite privilégier la densification des parcs existants par rapport à l’implantation de nouveaux parcs.”

Alors pour nos communes, pour les habitants, les agriculteurs, pour la biodiversité, pour le tourisme et pour préserver les qualités de la vie rurale, nous demandons le soutien et la mobilisation de l’ensemble des élus du département pour stopper les projets éoliens au Pays de La Châtaigneraie et en Vendée.

La consommation de gaz en Pays de la Loire a augmenté de 10% en 2019 – Ouest France 7 février

Dans la foulée de l’article sur le charbon, un article sur l’augmentation de 10% de la consommation de gaz en Pays de la Loire.

Principale explication : la production d’électricité à partir du gaz a bondi de 161% !

Le gaz est une ressource pour produire de l’électricité à cause de la moindre disponibilité du parc nucléaire et de la baisse de production d’énergie hydraulique.

Une nouvelle preuve du mensonge éolien. La baisse de production nucléaire + baisse de production de l’hydraulique + hausse installations éoliennes (et de leur intermittence) = hausse production d’électricité à partir du gaz et du charbon, centrales thermiques qui émettent énormément de gaz à effet de serre.

L’Europe importe de l’électricité sale – Ouest France 7 février

Quand on parle avec les promoteurs éoliens de l’intermittence de production des éoliennes et de l’obligation d’avoir en complément des centrales thermiques, ils nous rient au nez, comme lors de le réunion d’information d’IEL à St Maurice des Noues.

Ci-dessous l’article de Ouest France du 7 février est assez éloquent. L’Europe produit moins d’électricité sale, mais en importe plus.

Désolé, l’hypocrisie ne nous fait pas rire.

New World Wind : l’arbre qui remplace l’éolienne

LA FRANCE BOUGE

New World Wind propose des solutions de production d’énergies renouvelables basées sur un produit original, biomorphique, parfaitement intégré en milieu urbain. Contrairement aux éoliennes qui polluent la vision, peuvent engendrer un certain nombre de maux et qui peuvent avoir un impact non négligeable sur la faune, ces produits sont silencieux, quasiment invisibles car ils s’apparentent à des arbres ou arbustes et n’ont aucun impact sur les oiseaux en raison du rôle d’épouvantail qu’ils jouent.

Rolland Garros
Velizy