Quand l’éolien met les chauves-souris en danger – Ouest France 17 novembre 2021

En Bretagne, ces petits cadavres de chauves-souris qui embarrassent l’éolien terrestre.

« L’éolien terrestre reste néanmoins très meurtrier pour les chauves-souris, ces mammifères insectivores et pollinisateurs, très utiles pour la biodiversité. »

« Elle met en lumière l’hécatombe observée dans les 86 parcs bretons où un suivi de mortalité a été réalisé. »

« Dans le Morbihan, dans les Côtes-d’Armor et dans l’Ille-et-Vilaine, six d’entre eux ont été extrêmement meurtriers pour les chauves-souris, tuées en plein vol, percutées par les pales des éoliennes ou par implosion (barotraumatisme), en raison de la pression exercée par les machines. »

Les parcs éoliens les plus meurtriers de Bretagne. | INFOGRAPHIE OUEST-FRANCE

« Que l’on ne s’y trompe pas. Ces chiffres bruts sont bien en deçà de la mortalité réelle des chauves-souris.« 

« Depuis dix ans, on a des courbes d’évolution des espèces communes très alarmantes. C’est moins 88 % pour la noctule commune, inscrite sur la liste rouge nationale des mammifères en danger. Les éoliennes ont sûrement une responsabilité dans ce déclin. C’est un signal d’alarme très fort. »

« On ne peut pas sacrifier des espèces sur l’autel de la production verte, fait valoir Thomas Le Campion. Si l’État ne veut pas freiner l’éolien aujourd’hui, c’est clairement une question d’argent. Plus un parc fait l’objet de mesures de bridage, moins il est rentable. »

Une noctule commune morte | OUEST-FRANCE

ENQUÊTE. En Bretagne, ces petits cadavres de chauves-souris qui embarrassent l’éolien terrestre (ouest-france.fr)

Guémené-Penfao. Le projet éolien d’Innergex inquiète les riverains – Ouest France 12 novembre 2021

Depuis des mois, des sociétés privés contactent les propriétaires guémenéens pour implanter un parc éolien. L’association Au fil du vent-Pays de Guémené est née pour s’y opposer.

La découverte, en septembre, d’un projet d’implantation d’éoliennes portée par la société Innergex, sur un large périmètre entre la Vallée du Don et la Forêt du Gâvre, a suscité une vive émotion chez de nombreux riverains, particuliers comme éleveurs.

Des agriculteurs, des riverains du possible parc éolien et des habitants se sont constitués en association pour lutter contre la future implantation. Ici, une partie s’est regroupée devant le mat de mesure. | OUEST-FRANCE

C’est ainsi qu’est née l’association Au fil du vent-Pays de Guémené. Sa mission ? « Défendre le cadre de vie des riverains, des exploitants agricoles, la protection de l’environnement notamment la faune et la flore, des paysages et du patrimoine culturel contre toutes les atteintes qui pourraient leur être portées, notamment par l’implantation d’un ou plusieurs parc d’éoliennes et des équipements qui leur sont liés », selon l’association.

Contact. aufilduventgp@gmail.com

Guémené-Penfao. Le projet éolien d’Innergex inquiète les riverains (ouest-france.fr)

Mâron : la commune lance un label anti-éolien – La Nouvelle République 11 novembre 2021

Mâron est la première commune de France à arborer le label « Commune sans éolienne ». Son concepteur n’est autre que le maire, Gilbert Blanc. Ce dernier a lui-même dessiné et créé ce label de qualité environnementale. 

« Il montre combien nous sommes attachés à la protection de la nature et de la biodiversité et prenons soin de la qualité de vie de nos habitants », souligne l’élu.

Un label utilisable par toutes les communes qui le désirent

Déposé à la Fédération d’environnement durable (FED), ce label – propriété intellectuelle de Mâron – est libre de droit et utilisable par toutes les communes qui le désirent. « Il est disponible sur le site de la mairie ainsi que sur Facebook et, déjà, des communes, dont une de la région parisienne, nous ont contactés, se satisfait le maire. Il est important que tout le monde se rassemble sous le même drapeau. »

Le nouveau label a donc été installé aux entrées de la commune ainsi que dans les hameaux, on le retrouve également à la mairie, apposé sur un grand drapeau.

Le village voisin de Sassierges-Saint-Germain a emboîté le pas pour devenir la deuxième commune indrienne à arborer le label. D’autres vont peut-être suivre…

COMMUNE SANS EOLIENNE (maronenberry.fr)

Mâron : la commune lance un label anti-éolien (lanouvellerepublique.fr)

Eoliennes. La cour d’appel de Toulouse reconnaît les nuisances et l’impact sur la santé – Le Journal Toulousain 4 novembre 2021

En condamnant deux sociétés gestionnaires d’un parc éolien, la cour d’appel de Toulouse reconnaît l’existence de nuisances anormales pour le voisinage et leur impact sur la santé.

La décision est inédite. Le 8 juillet dernier, la cour d’appel de Toulouse cassait un jugement du tribunal judiciaire de Castres et condamnait deux sociétés gestionnaires d’un parc éolien a indemniser un couple de riverains. Pour la première fois, la justice reconnaît l’existence de nuisances de voisinage anormales liées à la proximité d’éoliennes ainsi que leur impact sur la santé.

En condamnant les deux sociétés exploitantes de ce parc éolien à verser au couple près de 110 000 euros « en réparation de leurs préjudices », la cour d’appel de Toulouse est donc allée à l’encontre d’une première décision émanant du tribunal judiciaire de Castre qui, en janvier 2020, avait débouté les plaignants.

Eoliennes. La cour d’appel de Toulouse reconnaît les nuisances et l’impact sur la santé

L’éolien en mer menace la biodiversité Reporterre 3 novembre 2021

Face à la hausse de la demande énergétique, le développement de l’éolien sur terre et en mer est une priorité du gouvernement. Mais le Comité national de protection de la nature met en garde contre ces projets marins, dont les conséquences sur la biodiversité sont mal connues et potentiellement dévastatrices.

https://reporterre.net/L-eolien-en-mer-menace-la-biodiversite

Les Velluire-sur-Vendée. Vent de détresse réagit à la rupture d’une éolienne Ouest France 2 novembre 2021

Le Poiré-sur-Velluire. Mercredi 20 octobre, un coup de vent a conduit à la rupture d’une pale d’éolienne, sur le parc d’Auchay-sur-Vendée (lire Ouest-France du 22 octobre).

Selon l’association Vent de détresse, des débris ont été récupérés à plus de 600 m de l’éolienne. L’accident inquiète l’association qui se questionne sur la fiabilité et la sécurité de ces machines : « La même situation sur l’éolienne, au nord du parc, qui jouxte l’autoroute A83, à moins de 350 m, aurait pu avoir des conséquences dramatiques, pense le président, Oliver Schmid. Comment est-il possible que les autorités acceptent des distances de sécurité aussi faibles ? »

Il rappelle et alerte : « Pour les projets en cours de développement, la distance réglementaire reste de 500 m, malgré l’élévation grandissante de ces machines jusqu’à 240 m. Nos espaces de vie et de travail, lors de tels accidents, seraient alors impactées par des débris. »

Sondage : l’éolien en chute libre

En trois semaines le pourcentage des Français favorables à l’éolien est tombé de 71% à 54% soit une baisse de popularité de 17 points. 

Le 10 octobre le ministère de la Transition écologique et l’Agence de Maîtrise de l’Énergie (ADEME) avait publié un sondage de l’institut Louis Harris Interactive dans lequel 71 % des sondés s’étaient montrés favorables au développement de l’éolien. (1)          

Le 28 octobre 2021, soit trois semaines plus tard, l’IFOP et le Journal du Dimanche ont interrogé les Français pour leur demander s’ils étaient favorables ou défavorables au déploiement d’éoliennes dans le pays. (2)

Si au niveau national le résultat reste très légèrement en faveur de l’éolien (54%), les détails de ce sondage indiquent que l’opinion des habitants de l’agglomération parisienne et des communes urbaines est majoritairement acquise au déploiement d’éoliennes (57 à 60%), contrairement à celle des personnes vivant dans les communes rurales (43%).    

Ces résultats de l’IFOP recoupent les observations de la Fédération Environnement Durable (FED) qui constate une montée rapide du mécontentement des citoyens ruraux contre les éoliennes.    
La FED a alerté de nombreuses fois le gouvernement notamment lors d’auditions parlementaires sur le danger de cette fracture entre une France urbaine déconnectée des réalités et une France rurale qui subit les éoliennes devenues le symbole de ce divorce national.

Les Français et le déploiement d’éoliennes – IFOP

Une nouvelle association au Pays de La Châtaigneraie : Vent qui Vire

Une nouvelle association réunissant des habitants de Cheffois, Réaumur et Mouilleron St Germain a été créée lors de l’assemblée générale constitutive du 24 Octobre 2021.

L’assemblée générale constitutive de l’association Vent qui Vire

Son objet est de défendre l’environnement et protéger les espaces naturels, le patrimoine bâti, la qualité des paysages des implantations d’éoliennes industrielles sur le territoire de la Communauté de communes du Pays de la Châtaigneraie et Communauté de communes de Pouzauges et plus particulièrement des communes de Cheffois, Réaumur, Mouilleron Saint Germain, Montournais, La Tardière, Saint Maurice le Girard, Saint Pierre du Chemin et des communes avoisinantes.

Sont élus :
Mme Virginie Lemaire, Présidente
Mme Simone Beaussant, Vice-Présidente
Mr Alain Baty, Trésorier
Mr Olivier Soulié, Secrétaire

Le bureau de l’association Vent qui Vire

Bravo à ces personnes courageuses qui prennent position pour préserver leur territoire.
N’hésitez pas à les soutenir en adhérent à l’association.
Association Vent Qui Vire
ventquivire@gmail.com
Association VENT QUI VIRE | Facebook