Installation des éoliennes sur les terres agricoles : rétablissons la vérité – Article d’AgoraVox

Que ce soit pour le climat, pour les pesticides, pour les éoliennes, le monde paysan est jeté en pâture pour qu’il absorbe tous les maux de notre société dépravée.
Jeté à la vindicte populaire…« ceux-là ils sont riches, ils ont des éoliennes ! »
Rétablissons les faits !

L’éolienne présente-t-elle un avantage pour l’agriculteur ?
Un contrat est d’abord passé entre l’éolien, le propriétaire et l’agriculteur. Sous forme de bail emphytéotique d’une durée de 25 ans.
Ce contrat engage les parties à respecter leurs engagements durant la période d’exploitation des éoliennes. Ce contrat prend en compte l’annulation du bail rural entre le bailleur et le fermier, le bail de droit commun entre le propriétaire et l’éolien, et la convention d’indemnisation entre le fermier et l’éolien.

Les indemnités financières sont réparties entre les parties.
Il y a actuellement 60 000 propriétaires d’éoliennes. Chaque partie touche environ 6 500 euros chaque année pendant la durée du bail.
La durée de vie d’une éolienne est d’environ 20 ans. La société qui exploite les éoliennes cesse de la couvrir dès l’instant où l’éolienne n’est plus viable. Or, la bail est de 25 ans ; l’agriculteur doit se débrouiller pour la démanteler.

Quel est le coût de ce démantèlement ? Cela peut grimper à 850 000 euros : 650 000 euros pour l’éolienne, 200 000 euros pour le béton.
L’installation d’éoliennes sur des parcelles agricoles est une arnaque.

Mais alors, l’éolienne, est-ce une énergie renouvelable ?
Il faut entre 2000-3000 tonnes de béton souterrain, ce qui constitue une menace pour le développement des sols et les nappes phréatiques. Et si un problème survient, ce sera le propriétaire du terrain qui sera poursuivi, pas le promoteur qui se dédouane de toute responsabilité.

Ajoutons qu’une éolienne contient 600 litres d’huiles industrielles et que la moindre fuite de 10 litres suffit pour polluer le milieu naturel dans laquelle elle est implantée.

De plus, son installation nécessite l’enlèvement de terres agricoles : le chemin qui y mène qui doit mesurer 5 mètres de large, l’emplacement de l’éolienne qui est de 1000 mètres carré. Des surfaces déduites de la surface déclarée.

Mais que font les sociétés garantes des parcs éoliens ?
Garante n’est justement pas le bon terme à employer. Car dès qu’un problème survient dans l’exploitation de l’éolienne, ce n’est pas le promoteur éolien que l’on va chercher.
Pourquoi ? Car chaque projet est constitué d’un capital minimum de milliers d’euros versés à des actionnaires qui changent au fil du temps.
Il arrive aussi que les sociétés en charge d’exploiter les éoliennes ne publient pas leur compte et qu’aucun expert ne soit présent lors du contrat.

Les éoliennes font partie des plus grandes magouilles (N.D.L.R : & Bidouille ?) destinées à assujettir les manants, au nom de la puissante écologie, dont les agriculteurs sont les premiers acteurs en entretenant nos paysages, en préservant notre biodiversité.

Valentin Lagorio, secrétaire général adjoint à l’Union du Peuple Français et secrétaire national chargé de l’Agriculture au Rassemblement du Peuple Français.

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/installation-des-eoliennes-sur-les-219631

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.