Éoliennes « tueuses » à Nozay : trois députés demandent l’arrêt temporaire des éoliennes – Vidéo

Trois parlementaires dont Yves Daniel, député de la 6e circonscription de Loire-Atlantique, demandent l’application du principe de précaution pour les éoliennes “tueuses” de Nozay.

Un déplacement officiel qui intervient quelques semaines après l’annonce par l’État de la mise en place de deux expertises complémentaires pour faire la lumière sur l’ensemble des données collectées depuis plusieurs années. Ces démarches doivent s’enclencher dès début juillet, avec l’intervention sur site d’ingénieurs généraux du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD).

Accompagnée par le couple Potiron, éleveurs de Puceul également concernés, l’agricultrice a fait part des nombreuses problématiques rencontrées depuis l’installation en 2012 des éoliennes du parc des Quatre seigneurs, à cheval sur les communes de Nozay, Puceul, Saffré et Abbaretz (Loire-Atlantique).


Nous demandons que le principe de précaution soit respecté et donc l’arrêt et la mise hors tension du parc pendant quelques mois, pour voir ce qu’il se passe, une fois que les ondes seront totalement déchargées dans le sol.

Les députés ont apporté leur plein soutien, par la voix d’Yves Daniel

Les parlementaires attendent une réponse rapide du gouvernement et demandent la publication d’un arrêté ministériel sur cette question.

https://actu.fr/pays-de-la-loire/chateaubriant_44036/eoliennes-tueuses-a-nozay-trois-deputes-demandent-l-arret-temporaire-des-eoliennes_34728358.html

Sainte-Gemme-la-Plaine. Éoliennes : la justice admet la saturation – Ouest-France 8 juillet 2020

La cour administrative d’appel confirme le refus d’autorisation du parc des Marzières.

C’est un coup de frein à l’« Éoliennes Park » qui fleurit en Sud-Vendée. Dans un arrêt rendu vendredi, la cour administrative d’appel de Nantes a confirmé le refus du préfet de la Vendée de délivrer l’autorisation environnementale sollicitée par la SCE (société centrale éolienne) du Millard pour huit éoliennes sur le territoire des communes de Saint-Gemmes-la-Plaine et Saint-Jean-de-Beugné.

La justice a clairement pris en compte l’effet de « saturation » ressenti dans le secteur (parc de Corpe, des Fiefs de Cottines, de Mouzeuil-Saint Martin-Trentin déjà construits, du Grand Crochet, du Paisilier et du Millard autorisés). 45 éoliennes au total sont déjà en service et 35 en projet dans un rayon de 16 km autour du site des Marzières qui était envisagé.

Un « vent de révolte » (le nom de l’association qui fédère les opposants autour du château de la Chevallerie) s’était levé. Et l’autorité environnementale elle-même n’avait pu que constater le « sentiment d’omniprésence des éoliennes dans le paysage qui va peser sur l’identité d’un territoire rural devenant de plus en plus industriel ». « La question de l’acceptabilité au regard se pose » considère la cour.

« On nous prend notre campagne, nos nuits de sommeil où clignotent des lumières rouges et blanches », s’émeut, ce mardi, Eugénie Maison, ardente opposante au projet, « heureuse de la décision », mais « prudente. On est pour l’énergie verte et nos vieilles habitations faites de chaux et de chanvre le prouvent, mais pas dans l’anarchie du développement éolien actuel. »

La décision rendue par la cour nantaise pourrait faire date en créant une jurisprudence sur le phénomène de « cumul » inhérent aux schémas régionaux éoliens. Ils ont cet effet pervers de centraliser les machines. « Les quelques plantations de haies proposées n’atténueront que partiellement la prégnance des parcs alentour pour les riverains » lit-on dans l’arrêt. Les juges prennent également en compte le voisinage de « bâtiments remarquables » (Manoir de Chaligny, Logis du Coteau, châteaux de Bessay et de la Chevallerie, logis de la Popelinière) et les « perspectives monumentales » du secteur.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/sainte-gemme-la-plaine-85400/sainte-gemme-la-plaine-eoliennes-la-justice-admet-la-saturation-6898773

Les habitants de l’Aisne victimes du syndrome éolien – 13h TF1 – 2 juillet 2020

Extraits :
“L’installation d’éoliennes un peu partout continue de faire grincer des dents”
“Des grandes villes ont voté “Vert” ce week-end mais c’est à la campagne qu’on voit pousser ces éoliennes”
“Palpitations, insomnies, irritabilité, acouphènes… C’est infernal, infernal !”
“Nous, la France, on ne fait pas d’étude. Pourquoi ? Parce que ça rapporte de l’argent !”
“Quand le vent est du nord et que les ondes des éoliennes rentrent dans le bâtiment, je perds 200L de lait, sur 2 jours. Et quand le vent va au sud, ça remonte de 200L”

En Picardie, des éoliennes à perte de vue font partie du paysage. On en compte près de 2 000 dans la région et 540 rien que dans le département de l’Aisne. À Marle, les habitants se posent de plus en plus de question. Ils s’interrogent si ces éoliennes n’ont pas des impacts sur leur santé. Dans la localité, on parle du “syndrome éolien”, un mal-être occasionné par la présence de ces aéromoteurs. Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 13H du 02/07/2020 présenté par Jean-Pierre Pernaut sur TF1. 

Les défenseurs du patrimoine vent debout contre les éoliennes

Dans un courrier à Emmanuel Macron, des associations demandent la mise en place de règles plus strictes d’implantation des éoliennes afin d’éviter la destruction des paysages.

Le ton monte de plus en plus chez les défenseurs du patrimoine et des paysages contre le déploiement des éoliennes. Une dizaine d’associations, dont Vieilles Maisons Françaises (VMF), Sites et Monuments ou encore la Fédération environnement durable (FED), viennent d’adresser un courrier au président de la République, pour protester contre l’implantation jugée « anarchique » de nouvelles installations à proximité de sites classés ou emblématiques, comme le projet d’éoliennes près de la cathédrale de Sées dans l’Orne ou à Banyuls dans les Pyrénées orientales.

Cette initiative, qui également reçu le soutien de Stéphane Bern, est la première du genre. Les signataires devraient être reçus à l’Élysée dans les prochains jours.

« Chaque semaine de nouveaux projets éoliens sont autorisés par les préfets, malgré l’opposition des riverains, des maires, des commissaires enquêteurs, des architectes des Bâtiments de France », souligne la lettre envoyée à Emmanuel Macron en parlant de « véritables coups de force administratifs ».

https://www.la-croix.com/Economie/defenseurs-patrimoine-vent-debout-contre-eoliennes-2020-07-03-1201103283

Montagne de la Sainte-Victoire : la bataille contre un parc d’éoliennes continue – Journal 13h TF1 24 juin 2020

La montagne Sainte-Victoire, muse du peintre Paul Cézanne, est en train de se faire défigurer avec l’implantation d’un parc de 22 éoliennes. Les travaux de l’énorme chantier ont démarré en février dernier avec l’installation des deux premiers mats de 125 mètres de haut. Cependant, la bataille contre la pollution visuelle, qui est catastrophique pour le paysage emblématique de la Provence, continue.

Mr Marc-Antoine Chavanis, adhérant de l’association Vent des Noues, a généreusement cédé ses droits de publication et copyright pour la diffusion d’un reportage photos réalisé jeudi 7 mai 2020 sur la commune d’Ollieres (ref. Eoliennes de la Sainte Victoire). https://www.flickr.com/photos/commac/sets/72157714216857867/

On le retrouve dans un reportage au journal de 13 heures de Jean-Pierre Pernault du 24 juin 2020.

Extrait :
“C’est la Provence de mon enfance qui est défigurée”
“On s’est pas assez battu avant !”
“Elles n’auraient jamais dû être implantées”

Les premières éoliennes du Var sont sorties de terre. L’article paru dans la journal local Var matin, le 7 mai 2020, est venu confirmer que le projet du parc éolien d’Artigues et Ollières (Var) était entré dans sa phase finale. Tandis que la France se confinait, l’assemblage des éoliennes, entamé début mars, se poursuivait discrètement au rythme prévu. Malgré l’absence d’autorisation de construire en cours de validité et l’accident mortel d’un ouvrier sur le chantier mercredi 11 mars 2020, le promoteur n’a pas interrompu la construction, espérant ainsi rendre la situation irréversible.

Au terme de 15 ans d’études, de procédures et de bataille judiciaire, Provencialis accélère la cadence. La construction des 8 éoliennes sur la crête de la Colle Pelade est achevée. En face, la crête de la Carraine était déjà dotée d’un premier appareil, le 30 mai 2020. Selon le calendrier du promoteur, l’ensemble des éoliennes devrait être assemblé en juillet. Et pourtant, la poursuite de ces travaux peut être considérée comme illégale. Le 10 février 2020, le jugement rendu par le tribunal administratif de Toulon ordonnait l’arrêt des travaux de construction des éoliennes dont le permis de construire, trop ancien, était devenu caduque. Beaucoup d’argent étant en jeu, Provencialis continue, comptant sur l’irréversibilité des travaux.

Sources : https://fr.theepochtimes.com/montagne-de-sainte-victoire-bataille-contre-parc-deoliennes-continue-malgre-debut-travaux-1373973.html
www.paj-mag.fr

Lettre ouverte au Président de la République – La Demeure Historique – 18 juin 2020

Alors qu’en début d’année le Gouvernement semblait vouloir ralentir la progression de l’éolien, de nouveaux projets sont finalement autorisés chaque semaine, bien que la grande majorité de la population y est opposée.

La Demeure Historique et 10 associations engagées dans la défense de l’environnement et du patrimoine ont adressé le 18 juin dernier une lettre à l’attention d’Emmanuel Macron au sujet du développement éolien et proposent 3 mesures concrètes à adopter au plus vite pour l’encadrer.

Bravo à Stéphane Bern et aux associations pour cette initiative :
Maisons Paysannes de France, Patrimoine Environnement, Fédération Environnement Durable, French Heritage Society, Sites et Monuments, La Demeure Historique, Rempart, Europa Nostra, Olivier de Rohan Chabot, Président de La Sauvegarde de l’art français, Vent de Colère, Vieilles Maisons Françaises

Vous aussi, mobilisez-vous et rejoignez l’association Vent des Noues pour préserver la Vendée.

Les milliards volés de l’éolien : découvrez l’enquête du collectif Énergie Vérité

Énergie Vérité est un collectif d’experts et d’acteurs d’horizons économiques et politiques variés, désireux de participer au débat sur l’énergie en France et de démystifier certaines idées reçues.


https://www.energieverite.com/blog
Ils considèrent qu’il est temps de donner la parole à ceux qui connaissent techniquement et économiquement le sujet de l’énergie.

Bataille contre des éoliennes près de la Sainte-Victoire

Un parc de vingt-deux mâts doit être construit à proximité de la montagne provençale chère à Cézanne.

Cézanne va se retourner dans sa tombe. La montagne Sainte-Victoire, dans les Bouches-du-Rhône, que le peintre a immortalisée dans plusieurs dizaines de ses tableaux, risque d’être défigurée par un parc de vingt-deux éoliennes situées à proximité, à moins de dix kilomètres. Cet énorme chantier, qui a d’ailleurs démarré sur les territoires des villages d’Ollières et d’Artigues, a déjà permis l’installation de deux mâts. Plantées sur la ligne de crête d’un chapelet de collines et visibles de très loin, ces lances de 125 mètres de haut crèvent désormais le ciel en défigurant le paysage, selon plusieurs dizaines d’associations. Criant au massacre de ces lieux majestueux qui, par ailleurs, abritent la basilique de Saint-Maximin – troisième tombeau de la chrétienté – ces dernières ont lancé une pétition contre ce projet. Surtout, l’une d’elles, Sites & Monuments, a en urgence déposé un recours le 7 mai dernier devant le tribunal administratif de Toulon pour tenter de stopper les travaux.

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/bataille-contre-des-eoliennes-pres-de-la-sainte-victoire-20200513