Vent des Noues au 19/20 France 3 Le Mag – Quel avenir pour les éoliennes de Bouin ? – 17 octobre 2021

19/20 France 3 – 17/10/2021

« Si on ramène cette production annuelle à sa puissance max, ça correspond à 25% de sa puissance. »
Olivier Loizeau, Directeur général de Vendée Énergie

« Un projet éolien doit être un projet de territoire et si le territoire n’en veut pas, et bien il ne faut pas »
Alain Leboeuf, Président du département de Vendée

« Quel est l’intérêt de poursuivre dans ce non-sens ? »
Stéphanie Platteau, Présidente de l’association Vent des Noues

Stéphanie Platteau, Présidente de Vent des Noues au 19/20 France 3 17/10/2021

« Aujourd’hui, il y a des intérêts financiers en jeu qui sont énormes »
Thomas Gisbert, Maire de Bouin

« À Bouin, le miracle écologique n’est pas venu du ciel »
Céline Dupeyrat, Journaliste France 3

2 réponses sur “Vent des Noues au 19/20 France 3 Le Mag – Quel avenir pour les éoliennes de Bouin ? – 17 octobre 2021”

  1. la question a Stéphanie Platteau est légitime , pourquoi s’obstiner quand on connait les désastres de l’éolien sur notre faune , sur nous les infrasons , et le peu de rentabilité , par contre c’est trés juteux pour les financiers merci macron disent ils .
    Et ce monsieur ayant l’air de donner l’impréssion d’etre un paysan avec sa fourche et son herbe fauché qui n’entend aucun bruit , ça c’est bien des bétises car plus bruyant qu’une éolienne dans les champs il n y a que les motos de cross pour détruire le silence de bien etre que nous offre la nature .
    Cordialement à tous les gens de l’association vent des noues

  2. He oui, merci pour ce commentaire. Effectivement, quel est l’intérêt de poursuivre dans ce non sens?
    Mr Gisbert Maire de Bouin pèse chaque mot qu’il prononce. Bravo à lui d’exiger la dépollution totale des sols (ce sera un point à suivre). Je retiens que la Vendée produit désormais 12 % de sa consommation et que la politique de notre département est désormais que « Les parcs existants sont suffisants, qu’il convient de maximiser l’existant mais de ne pas en faire d’autres ».
    Quant à Mr Leboeuf, il convient d’éclaircir ce qu’il entend par « Territoire » et « les populations » car quand les études de faisabilité des projets (qui « n’engagent à rien » selon les dires des promoteurs) sont lancées entre les élus et les promoteurs en catimini sans en parler à la population, ce sont précisément « les populations » qui sont mises devant le fait accompli et qui doivent subir la suite. C’est à dire, les études, les ateliers de concertation menées par des cabinets de communication complétement subjectifs, puis l’Enquête Publique… Les riverains immédiats sont méprisés car forcément minoritaires.
    Je note également que leur protection n’a pas été renforcée par un éloignement minimum adapté alors que la hauteur des aérogénérateurs industriels atteint maintenant 165m – 180 m voir jusqu’à 240 m. Je mets au défi le paysan qui est content d’en avoir à Bouin, parce qu' »elles ne font aucun bruit parasite » de vivre à 500 m d’une de ces machines.
    Quel est donc l’intérêt de poursuivre dans ce non sens?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.