Reprendre notre destin énergétique en main

De nombreux scientifiques, ingénieurs et techniciens le clament depuis des mois, et cela bien avant cette crise : la transition énergétique sans nucléaire n’est pas une option crédible pour la France, ni pour d’autres pays en Europe.

L’espoir de développer rapidement des sources renouvelables, surtout éoliennes et solaires, qui remplaceraient entièrement les sources pilotables existantes, se heurte à de nombreuses contraintes physiques et économiques.
Cela ne changera pas, même à l’horizon 2050.

Cette réalité se révèle maintenant de façon prégnante avec la crise d’approvisionnement en gaz et en charbon qui frappe l’Europe, du fait de la guerre en Ukraine : en l’absence d’hydraulique suffisamment abondante pour stocker l’électricité intermittente, et de possibilités d’importations importantes d’autres pays interconnectés mais frappés des mêmes risques de pénurie, il faudra immanquablement remplacer les capacités manquantes par du gaz et/ou du charbon.

Cette réalité l’Allemagne de l’Energiewende l’a découverte depuis longtemps dans les faits, mais refuse de la reconnaître en s’entêtant dans sa politique de sortie du nucléaire et du tout renouvelable alors que les émissions de CO2, dont la réduction était l’objectif recherché, n’arrêtent pas de monter dans ce pays, ce qu’on peut vérifier quotidiennement sur le site www.electricitymap.org.

Le 8 mars 2022 à 7h, les émissions de l’Allemagne et Danemark, deux pays qui ont installé des proportions uniques en Europe de renouvelables éoliens et solaires, étaient respectivement 433 g/kWh et 375 g/kWh, tandis que la France émettait 91 g/kWh.

Les éoliennes sont fabriquées en Allemagne, en Chine ou au Danemark, les panneaux photovoltaïques en Chine, et quantités des métaux introuvables en France sont importés, idem pour le gaz.

Vous avez dit : reprendre notre destin énergétique en main ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.