Les associations du patrimoine demandent un moratoire sur l’éolien terrestre – La Croix 9 mars 2020

Neuf associations engagées dans la défense de l’environnement et du patrimoine demandent de nouvelles règles sur l’éolien terrestre et la suspension de l’installation des 6 500 éoliennes prévues d’ici à 2028

Pour les associations, le gigantisme, les nuisances et l’installation jugée anarchique de l’éolien terrestre est un vif motif d’inquiétude. « La nouvelle génération d’éolienne, ce sont des installations de plus de 200 mètres. C’est la hauteur de la Tour Montparnasse (209 m). Cela provoque un effet d’écrasement sur les paysages avec un effet sériel qui les uniformise », a critiqué Julien Lacaze.

Les associations se sont aussi montrées préoccupées par le système de bonus accordé aux installations d’éoliennes dans les régions jusqu’ici peu ou pas concernées par l’éolien terrestre (comme l’Aquitaine ou la Touraine). « On oppose les régions saturées, comme le Nord, aux régions épargnées. De la même manière, on essaye d’opposer la préservation de « grands paysages » – où se trouverait un monument classé – aux paysages du quotidien. Nous refusons cette mise en concurrence », a poursuivi Julien Lacaze.

Les associations demandent que les propos du chef de l’État se traduisent par un « moratoire sur l’éolien terrestre » et que la distance minimale actuellement prévue entre les habitations et les installations (500 mètres) soit doublée.

https://www.la-croix.com/environnement/associations-patrimoine-demandent-moratoire-leolien-terrestre-2020-03-09-1201083071

Invitation atelier n°3 – Projet Parc éolien des Boules – Loge-Fougereuse

Nous vous informons que l’invitation ci-jointe pour l’atelier N°3 à destination des habitants et des riverains du projet éolien des Boules en cours de finalisation a été transmise seulement à un cercle très restreint.

Pourtant, lors de cette rencontre l’implantation retenue et l’analyse d’impacts du projet du parc éolien seront présentées.

Nous sommes tous concernés directement ou indirectement.

Nous sollicitons tous les volontaires à se mobiliser le mardi 10 mars 2020 à 18h45 à Loge-Fougereuse sur le parking de l’église devant l’entrée de la salle (petite salle située en dessous de la Mairie) où se déroulera l’atelier finalisé du projet éolien pour marquer notre opposition à la poursuite de cette implantation.

La Tribune – L’échec annoncé de la politique éolienne 3 mars 2020

L’opposition aux éoliennes s’amplifie. Après le gâchis de l’arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim en bon état de marche, de plus en plus de personnalités rejoignent les opposants historiques à l’arrêt du nucléaire. Car oui, nous mettons au rébus des installations amorties qui ne produisent pas de CO2 pour les remplacer par des installations qui, si elles n’en produisent pas non plus, présentent de très nombreux inconvénients et augmentent la facture électrique des citoyens.”

“Après des années d’efforts, nous devons constater que l’électricité d’origine éolienne représente, dans l’UE, 11 % de la production globale d’électricité, loin derrière la production d’énergie électronucléaire qui en représente 25 % et celle du gaz naturel avec 21%. Mais, si ce chiffre de 11% peut sembler intéressant, il ne dépasse pas les 1,9 % une fois ramené à l’énergie primaire. Si l’on ajoute les 0,5% d’énergie solaire, ce résultat de 2,4% en énergie primaire a été obtenu après avoir dépensé 689 milliards de dollars entre 2010 et mi 2019. Depuis 2000, un million de millions d’euros a été dépensé dans l’UE pour des résultats, somme toute, négligeables. Tout ça pour ça ! “

“On observe qu’en moyenne dans l’UE les éoliennes ne produisent que pendant 23 % du temps. Que faut-il faire pendant les 77 % du temps restant ? Utiliser les équipements de production traditionnels.”

“Aucune solution économique et industrielle n’est aujourd’hui en vue pour compenser cette intermittence. Malgré la diminution du coût d’installation des éoliennes, mais également de leur coût de génération (44% de réduction en dix ans), la facture du citoyen ne cesse d’augmenter. Les données statistiques de l’office Eurostat de l’UE montrent que plus on produit de l’électricité intermittente, plus le consommateur paye cher son électricité.

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/l-echec-annonce-de-la-politique-eolienne-841120.html

Elisabeth Borne dénonce « le développement anarchique » des éoliennes

Le gouvernement français prononce à nouveau des mots durs pour la filière éolienne. Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a dénoncé le 18 février “le développement anarchique” des parcs éoliens sur le territoire français.

Les termes sont choisis, mais l’inflexion est réelle. Invitée de la commission des affaires économiques du Sénat, mardi 18 février, la ministre de la transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, s’est livrée à une charge sévère contre « le développement anarchique » de l’éolien, en répondant à la sénatrice UDI de Côte-d’Or, Anne-Catherine Loisier.

« C’est vraiment un énorme sujet, je l’ai dit aux acteurs de la filière », a expliqué la ministre, en citant plusieurs exemples : « Il y a des emplacements de parcs éoliens en covisibilité avec des monuments historiques. Je ne comprends même pas comment on a pu arriver à ces situations. On a des territoires dans lesquels on a une dispersion de petits parcs de taille et de forme variable qui donnent une saturation visuelle, voire une situation d’encerclement autour de certains bourgs qui est absolument insupportable. »

La critique a de quoi surprendre, alors que le gouvernement a jusqu’ici plutôt défendu la filière éolienne. Elisabeth Borne était invitée au Sénat pour défendre la programmation pluriannuelle de l’énergie. Ce texte, actuellement en consultation publique sur le site du ministère, fixe les orientations de politique énergétique de la France pour les dix prochaines années. Or, au cœur de cette stratégie se trouve justement un développement massif de l’éolien terrestre, qui, au cours de la période, doit tripler en matière de puissance installée.


Réponse d’Yves Auvinet, Président du département, au courrier de l’association du 1er novembre.

Le 1er novembre 2019, l’association Vent des Noues à adresser à Yves Auvinet, Président de notre département, un courrier l’informant de notre inquiétude grandissante concernant l’avenir du Pays de La Châtaigneraie, menacé par des projets éoliens qui prennent chaque jour une ampleur plus inquiétante.

Nous avons reçu la réponse de Mr Auvinet.

“Le Département appelle à un développement raisonné et raisonnable de l’éolien terrestre…
Il a déjà contribué largement à l’implantation d’éoliennes sur son territoire.
Le Département souhaite privilégier la densification des parcs existants par rapport à l’implantation de nouveaux parcs.”

Alors pour nos communes, pour les habitants, les agriculteurs, pour la biodiversité, pour le tourisme et pour préserver les qualités de la vie rurale, nous demandons le soutien et la mobilisation de l’ensemble des élus du département pour stopper les projets éoliens au Pays de La Châtaigneraie et en Vendée.

Interview RCF May Prate Vendée Tempêtes : Demande de moratoire éolien industriel

Plus de cinquante associations et personnalités de la région Pays de la Loire dont l’association Vent des Noues demandent à Christelle Morançais, présidente de Région, de soutenir un moratoire de 2 ans sur l’éolien industriel.
May Prate, présidente de la Fédération Vendée Tempêtes, est intervenue sur RCF au journal de 7h présenté par Fanny Brevet le mardi 28 janvier.

Le journal en intégralité sur RCF
https://rcf.fr/la-matinale/journal-de-7h-du-mardi-28-janvier