Yves d’Amécourt : « La majorité nous prépare un projet de loi pour accélérer l’implantation des éoliennes en supprimant les maigres voies de recours »

« La majorité nous prépare un projet de loi pour accélérer l’implantation des éoliennes en supprimant les maigres voies de recours qui restaient aux opposants, en tournant le dos aux élus locaux, en achetant les habitants des environs et en s’asseyant sur les lois qui visent à protéger l’habitat des espèces protégées ! Oui, c’est une véritable déclaration de guerre, doublée d’un parjure !

Qui plus est, cette « loi d’exception » répondrait, selon le gouvernement, à une « raison d’État »  !

Pourtant, chacun sait aujourd’hui que les éoliennes qui sont implantées en France ne répondent pas à l’urgence climatique puisque l’électricité, en France, est déjà largement décarbonée grâce au nucléaire et à l’hydroélectricité. Sur ce sujet précis, la France est le meilleur élève de l’Europe.

Chacun sait aussi que l’électricité produite par les éoliennes est intermittente et que, pour compenser cette irrégularité dans la production, on fait appel aux énergies fossiles. Est-ce le moment de s’engager dans une nouvelle dépendance aux énergies fossiles ?

Chacun sait, enfin, que le rapport qualité/prix de l’électricité éolienne est plutôt mauvais !

Alors oui, ce sujet mérite un peu de véhémence ! La souveraineté énergétique de la France, l’exemplarité de notre mix énergétique vis-à-vis du climat, le bon usage de nos finances publiques ne sont pas des sujets anodins. Ils méritent de raisonner sur le long terme et de s’abstraire de l’idéologie ambiante, fût-elle véhiculée par la Commission européenne ! »

Une réponse sur “Yves d’Amécourt : « La majorité nous prépare un projet de loi pour accélérer l’implantation des éoliennes en supprimant les maigres voies de recours »”

  1. Réflexion :
    Les conséquences du réchauffement climatique pour les agriculteurs sont dramatiques :
    – Plus d’herbe pour les bêtes dans les champs
    – Pénurie de foin pour l’hiver
    – Interdiction d’arroser les récoltes
    etc…

    Alors, ne seront-ils pas tentés, à plus ou moins long terme, par l’implantation d’éoliennes dans leur champ afin de toucher des subventions car il faut bien qu’ils vivent ?
    La question se pose.

    d’autant que cette situation va empirer semble-t-il et que, pour les générations suivantes, l’avenir est incertain dans ces métiers agricoles et ils risquent de ne pas prendre la relève.

    Alors, terrain perdu pour perdu que vont-ils faire ?
    Et pourtant nous avons bien besoin d’eux !

    Quelle est la solution pour éviter ça ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.