Article éoliennes sur BFMTV , respect des 10 x H, principe de précaution et planification

Ci-dessous le lien vers un article publié sur bfmtv.org concernant les éoliennes.
https://www.bfmtv.com/economie/eoliennespourquoi-tant-de-haine-1731805.html

“Les éoliennes suscitent un rejet grandissant en France, alors que le rythme d’installation s’accélère.”

Le sous-titre de l’article indique clairement le problème !

Pour notre part, contrairement à ce qu’affirme Pauline Le Bertre, déléguée générale de France Energie Eolienne, qui colle des étiquettes “anti” à tous ceux qui ne sont pas de son avis (“qui ne peuvent pas accepter de voir la moindre éolienne“), nous ne sommes pas opposés aux éoliennes.
Nous souhaitons simplement que :
la distance minimale de 10 fois la hauteur du mat (10 x H) soit respectée entre une éolienne et une habitation (c’était la règle de calcul d’origine lorsque les mats d’éoliennes mesuraient 50m… Ils atteignent désormais 120, 140, 160, 180, 200, voire 210 mètres !
le principe de précaution soit appliqué aux éoliennes le temps que passe la loi des 10 x H.
un outil de planification et de contrôle des implantations pour éviter le mitage sauvage des territoires et avoir une réelle cohérence territoriale.

Concernant les risques sanitaires, le gâchis financier, le saccage environnemental, le juridique, nous pensons qu’il y a suffisamment de têtes pensantes en France pour enfin déterminer de façon claire, nette et précise si l’éolien est une réponse envisageable et pérenne à la transition énergétique ou s’il s’agit juste d’une utopie et d’une financiarisation des projets énergétiques ! Il y a urgence !

Vaches de Nozay, éoliennes et principe de précaution

Ce mercredi 17 juillet, la préfecture de Loire-Atlantique a annoncé par voie de communiqué que la surmortalité des vaches dans les exploitations de Nozay (Loire-Atlantique) n’avait pas de « lien direct » avec les présences d’éoliennes sur le secteur.

Si la préfecture ne reconnaît pas de lien direct entre les éoliennes et la surmortalité des bêtes, elle constate tout de même l’existence de troubles. Chez les vaches comme les humains d’ailleurs. « Les troubles et symptômes sont confirmés sur ce secteur. Mais aucun élément ne permet, en l’état de la connaissance scientifique et des études conduites, d’établir le lien direct avec le fonctionnement du parc éolien », rappelle le communiqué de la préfecture.

Image issue du site contrepoints.org

Retrouvez sur Ouest France l’ensemble de l’article

La constatation de la préfecture nous laisse perplexe et soulève un sentiment d’incompréhension et de colère.
Pour rappel, voici l’énoncé du principe de précaution : « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veilleront, par application du principe de précaution, et dans leurs domaines d’attribution, à la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage. »

La conclusion que la préfecture doit apporter est simple, claire et précise : Le principe de précaution doit être appliqué.

Eolienne en feu à Ambon le 25 juin 2019

L'éolienne en feu, avant que la nacelle ne tombe.

Un incendie s’est déclaré dans l’une des éoliennes d’Ambon mardi 25 juin.

Le feu a pris au niveau du moteur arrière à environ 80 m de hauteur, alors que les pales mesurent environ 35 mètres. Rapidement les fumées se sont intensifiées et des flammes imposantes ont envahi l’ensemble de l’espace moteur, dans la turbine.
Vers 16 h 40, des morceaux de métal commençaient à tomber et la cabine est finalement tombée au sol. 

L’article complet à lire sur Ouest France

Vers la création d’une fédération anti-éolienne en Charente

Les associations charentaises qui luttent contre la saturation éolienne veulent se fédérer.

Elles sont une trentaine, réparties sur l’ensemble du département, parfois agissant à l’échelle d’une seule commune. Un projet de fédération des associations « en lutte contre la prolifération éolienne » est en passe de voir le jour. C’est ce qui a été annoncé lors de l’assemblée générale d’Eostress Nord Charente, en fin de semaine dernière, aux Adjots, près de Ruffec.

« De nouveaux projets éoliens surgissent sans cesse dans notre territoire déjà à saturation. Aussi, afin d’accroître notre visibilité auprès des interlocuteurs de la puissance publique, nous sommes heureux d’annoncer la création prochaine d’une fédération qui regroupera l’essentiel des associations charentaises qui luttent contre le développement forcené de l’éolien, celles-ci conservant leur entière liberté d’action », ont fait savoir les responsables d’Eostress dans un communiqué.

Méthodes commerciales

Ces militants associatifs considèrent que la Charente est arrivée à saturation en termes de parcs éoliens accusés de défigurer le paysage. Ils reprochent également aux aménageurs des sites leurs méthodes commerciales agressives… Ces habitants du territoire rappellent régulièrement que l’ex-Poitou-Charentes concentre 93 % de l’offre éolienne en Nouvelle-Aquitaine et qu’en cumulant projets en exploitation et projets déjà autorisés, la Charente compte une éolienne pour 804 habitants, contre une éolienne pour 12 630 Néo-Aquitains. Le Département est allé récemment dans leur sens en estimant « indispensable d’arrêter toute implantation préjudiciable aux milieux naturels charentais, aux habitants, à l’attractivité et à l’économie du territoire ».

https://www.sudouest.fr/2019/06/11/vers-la-creation-d-une-federation-anti-eolienne-en-charente-6194845-1062.php

Un collectif de la Vienne obtient la mise en place d’un observatoire de l’éolien et demande un moratoire.

28 associations de la Vienne se sont unies et ont crée le collectif anti-éolien de la Vienne afin de stopper sans tarder la prolifération insensée des éoliennes dans le département.

Le collectif a rencontré en délégation le président du Département, Bruno Belin, le 18 mai dernier, afin de lui demander le vote par le conseil départemental d’une motion réclamant à la préfète une mesure de moratoire sur les implantations de parcs éoliens dans la Vienne.

Tous les départements subissant le mitage et la prolifération des éoliennes demandent un moratoire. Il est plus que temps qu’on nous écoute !

Lisez l’article complet sur La Nouvelle République

Les paysages ont eu raison du projet éolien à Tourouzelle

Bonne nouvelle dans l’Aude pour les associations qui travaillent pour une transition énergétique intelligente, respectueuse et contre le saupoudrage éolien sans réelle ligne de conduite.
Le préfet de l’Aude, dans un arrêté rendu en avril 2019, a décidé de refuser la demande d’autorisation unique (DAU) déposée par la SAS Eoliennes Les Pigeonniers du projet éolien sur la commune de Tourouzelle.

Le représentant de l’État rappelle ainsi que le projet « se situe à deux kilomètres du canal, en bordure de la zone d’influence et à moins de deux kilomètres du site classé des paysages du canal du Midi ». Et d’évoquer l’inévitable « co-visibilité » des éoliennes, « du fait de leur dimension », « malgré une implantation au-delà des périmètres de grande sensibilité (sites classés, zone tampon, zone d’influence) ». Une argumentation appuyée par un arrêt de la cour administrative d’appel de Marseille de novembre 2018 qui établissait qu’un projet éolien pouvait porter atteinte « au caractère ou à l’intérêt » de sites distants de plus de 5 km.

Le préfet de l’Aude a également relevé un autre argument pour retoquer la demande d’autorisation unique de la SAS : celui de leur potentiel impact sur les rapaces et chiroptères. Trois ans après le dépôt d’un premier dossier jugé insuffisant, le préfet a renouvelé son jugement au sujet du « contenu en matière d’étude et de prospections relatives à l’avifaune, et les grands rapaces en particulier ».

Lisez l’article complet sur l’Indépendant

Eolien : Risques sanitaires et Principe de précaution

Nous gérons les risques sanitaires de façon très paradoxale.

Tantôt, on les exagère, comme avec la Grippe H1N1 en 2009 et les 94 millions de vaccins achetés dont 6 millions ont été réellement utilisés et 19 millions incinérés. Coût de l’opération : 382 millions d’euros pour les caisses de l’État, donc pour notre pomme.

Tantôt, on les minimise ou on les ignore.

Prenons par exemple le cas de l’amiante, avec les premières études et preuves de danger en 1945 et une interdiction en … 1997 ! Pour rappel, le premier cas de cancer directement imputable à l’amiante date de 1965. L’amiante a tué 35 000 personnes en 30 ans et risque de provoquer au moins 65 000 décès supplémentaires.

C’est le cas également du scandale du sang contaminé, révélé en 1991, alors que les contaminations ont eu lieu entre 1984 et 1986.

Un autre exemple : Le fameux glyphosate de Mosanto, commercialisé en 1974. Les études ont prouvé dès 2000 ses effets nocifs et il a été classé « probablement cancérigène » en 2015. Il n’est, à ce jour, toujours pas interdit par l’Union Europénne !

Le lien entre ces 3 scandales sanitaires : La toute puissance des lobbies industriels et financiers et leur ingéniosité (et mauvaise foi) pour masquer les risques et la vérité le plus longtemps possible, afin d’en profiter un max, au détriment de notre santé.

C’est pourtant pour éviter ces risques qu’a été créé le Principe de précaution en 1992 et qu’il a acquis, en 2005, un statut juridique :

« Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veilleront, par application du principe de précaution, et dans leurs domaines d’attribution, à la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage. »

Wikipedia

L’énergie éolienne échappe étonnement, à ce jour, à ce principe de précaution.
Pourtant, en constatant le nombre d’actions en justice de riverains d’éoliennes concernant la santé, ainsi que de nombreuses études dans d’autres pays européens qui confirment que la proximité des éoliennes provoquent des troubles de la santé, ce principe doit être purement et simplement appliqué à l’éolien.

A moins que la parole du peuple ne soit pas entendue ou qu’on la méprise.

Cela s’appelle du déni : ” la personne qui dénie se comporte comme si cette réalité n’existait simplement pas, alors qu’elle la perçoit. “

Pour quelles raisons :
Parce que notre santé et notre bien-être ne pèsent pas lourds face aux puissants groupes d’intérêts et à leurs €uroliens.

A lire pour d’autres informations :
Chronique d’un naufrage annoncé de Pierre Dumont

Charente-Martime, Hauts de France, Vendée ? La même vision des éoliennes!

Le Conseil départementale de Charente-Maritime a voté le principe d’un moratoire de 2 ans, gelant l’implantation de toute éolienne.

Quelques extraits de l’article à lire en entier https://www.geo.fr/environnement/eoliennes-la-charente-maritime-vent-debout-contre-de-nouveaux-projets-195062

La Charente-Maritime s’inquiète de voir sur ses paysages(…) se hérisser de plus en plus de mâts éoliens, et tente de dire stop.
(…)venant après la région Hauts-de-France où le président Xavier Bertrand (ex-LR) souhaite aussi mettre le holà
abrite entre 71 et 81 mâts actifs (…) on oscille, selon les sources, entre 300 et 475 mâts potentiels à venir…
pas contre l’éolien mais contre l’abus d’éoliennes
certains opérateurs qui ne sont pas “de grands partisans de l’environnement” et “vendent les éoliennes comme des réfrigérateurs”
tout se passe un peu en secret jusqu’à ce que l’enquête publique arrive. Ça énerve les riverains
Localement, des colères montent (…) on est à deux doigts d’avoir des gilets jaunes de l’éolien!

Les éoliennes profitent aux Français… Il parait !

C’est hallucinant. Plus nous nous renseignons sur l’éolien, plus nous lisons, plus nous sommes tristes, choqués, déçus, dégoutés… La liste pourrait être longue.
Les éoliennes profitent aux Français… C’est ce qu’on nous dit…
Ci-dessous un extrait de l’article paru sur Planete Business

La société énergétique italienne ERG va acquérir la société française Les Moulins de Frouges, qui possède six parcs éoliens opérationnels en France pour une puissance totale de 52 MW

https://www.planete-business.com/2019/03/30/eolien-erg-securise-lachat-de-six-parcs-francais-de-52-mw/

Et la suite est édifiante : “actifs opérationnels et logistiques”…”faciliteront l’obtention de synergies à travers des interventions de repowering futures”.

Tout est dit…
Eoliennes : Je paie, tu paies, nous payons…Ils encaissent🤬

Développeur éolien recrute spécialistes de l’acceptabilité

Un nouveau métier dans le vent

Le vent tourne pour les développeurs éoliens. En France, la majorité des projets éoliens sont attaqués en justice (impact sur la protection de la nature, question des nuisances sonores, intégration des éoliennes dans le paysage, proximité des zones d’habitation et d’élevage, fin de vie des éoliennes…). L’ensemble de la profession cherche donc par tous les moyens à nous transformer en gentils moutons sages et obéissants, devant accepter bien gentiment ce qui est bon pour nous, mais que nous ne sommes apparemment pas suffisamment intelligents pour comprendre.

Afin de nous éduquer au plus vite, les développeurs créent des postes de “spécialistes de l’acceptabilité”, autrement nommés “responsables dialogue territorial et concertation”.

Les chefs de projet seront donc accompagnés sur le terrain par des personnes ayant fait de grandes études, spécialisation “dialogue et participation” de préférence, qui seront en charge de nous expliquer tout le bien que nous font les éoliennes…

source : https://www.emploi-environnement.com/news/eolien-emergence-nouveau-metier-charge-de-concertation-acceptabilite-367.html

Je suis d’accord sur un point : la solution à la production énergétique passe par l’apprentissage :
– écologique : apprendre à mieux consommer, la Vendée est championne du tri, nous pouvons très bien devenir champions de la moindre-consommation énergétique
– économique : apprendre à stocker l’énergie afin d’éviter les surproductions, qui sont systématiquement revendues à perte
– scientifique : accentuer la recherche sur les énergies alternatives type Perovskite

Je pense que le simple bon sens permet de comprendre cela et que les ressources mobilisées pour et par les vendeurs de vent seraient bien plus utiles et salutaires si elles étaient investies dans ces domaines.